Les correcteurs en lutte

Publié le 4 Juillet 2016

Les correcteurs en lutte

On est peu vus, on est souvent dans l'ombre et on vous manque souvent quand vous lisez votre quotidien ou votre hebdo favori, quand vous lisez une histoire passionnante et que... patatras ! une faute d'orthographe gênante, une "coquille" rendant le propos grotesque ou encore l'absence d'un partitif qui rend la phrase incompréhensible vous sautent aux yeux et gâchent votre plaisir de lecteur, sans parler - ou écrire devrais-je dire ou écrire - de Bescherelle ta mère qui nous fait rire bien souvent !

Me concernant, comme d'autres correcteurs ou liseurs, la colère m'envahit quand ces erreurs me surprennent au détour de la page, de la phrase, du mot ; je me mets toute seule en colère parce que je sais que ces erreurs ne sont dues qu'à l'absence de correcteur.

Pourtant il est utile de rappeler à tout un chacun que nous ne coûtons pas cher, que nous sommes d'utilité publique et c'est ce que ce rassemblement du 22 juin dernier, où les correcteurs parisiens ont ainsi porté nos voix de provinciaux qui n'ont même pas les moyens de prendre et encore moins d’affréter bus ou train pour aller manifester à Paris, a essayé de rappeler.

Alors, certes ils n'étaient pas plus d'une cinquantaine mais ils représentaient au moins dix personnes chacun et encore je pense que je suis en dessous du compte. Difficile de savoir combien sont répertoriés à l'INSEE car pas de code spécifique ! Trop cachés et dans la débrouillardise.

Je ne souhaite pas être "accrochée" à une maison d'édition, travaillant essentiellement pour le web, mais je recherche la diversité des clients : particuliers, éditeurs, petites structures, journaux, pigistes, associations voire administrations (qui en auraient de plus en plus besoin !) sans évoquer l'affichage !

Évidemment, si les correcteurs étaient plus souvent sollicités, Bescherelle ta mère n'aurait plus de raison d'être ; on se moquerait moins mais le calme et la certitude de lire des articles, affiches ou journaux sans tressauter seraient bénéfiques à ma santé !

Rédigé par Sophie Curmi

Repost 0
Commenter cet article