Publié le 29 Avril 2015

Mudwoman de Joyce Carol Oates

Se lit comme un polar et, à certains égards, il en a la construction MAIS d'aucun y trouve une critique de l'université et de la reproduction sociale alors que j'y trouve, moi, la maltraitance, l'usurpation d'identité - celle pratiquée par l'héroïne elle-même et celle qu'on lui impose -, la recherche d'identité nécessaire à sa propre construction. De l'intime au social, d'une lecture de femme à une lecture d'homme... Cela me laisse perplexe !

Lu en quatre jours malgré le temps de lecture-correction quotidien !

Je me suis attachée à cette lutteuse de la vie et certains ressentis me concernent !

Bien ! Point trop n'en faut, et ce blog n'est pas un journal de psychanalyse, quoique... ne pourrait-on affirmer que chaque parti pris et chaque "critique" sont liés à son raconteur, non ?

Voir les commentaires

Rédigé par Sophie Curmi

Repost 0