Publié le 29 Avril 2015

Se lit comme un polar et, à certains égards, il en a la construction MAIS d'aucun y trouve une critique de l'université et de la reproduction sociale alors que j'y trouve, moi, la maltraitance, l'usurpation d'identité - celle pratiquée par l'héroïne elle-même...

Lire la suite

Rédigé par Sophie Curmi

Repost 0