Publié le 4 Juillet 2013

Ce que j'ai compris de l'intervention de Bruno Latour : http://www.dailymotion.com/video/x10s7rw_ads-bruno-latour-conference-de-cloture_news#.UdVBQ5xi6As est plutôt que nous avons domestiqué la nature et que nous avons changé plus vite qu'elle (évolution, adaptation, etc.) jusqu'à aujourd'hui où cela s'est "inversé": la nature change plus vite que l'Homme et nous n'arrivons plus à suivre. "Il n'y a plus d'espoir", dit-il, alors débarrassés de l'espoir qui entrave, empêche, que faisons-nous maintenant?

Ces mêmes interrogations commencent à peine à effleurer le monde dit de la Culture qui vit aussi sur de vieux schémas : économie de marché d'un côté avec salles de spectacle (scènes nationales, centres dramatiques nationaux, centres chorégraphiques nationaux, etc.) pleines de spectateurs! Donc les objectifs sont atteints en terme économique (mais qu'en est-il de la diffusion de ladite culture?) avec toutefois des syndicats s'accrochant à leurs "cassettes", leurs acquis et de l'autre côté la catégorie dite moyenne des spectateurs s'appauvrit et ira de moins en moins vers cette culture-là.

MAIS les institutions culturelles, qui s'endettent de plus en plus depuis huit ans dès qu'un spectateur s'assied dans une salle de spectacle, sont engluées dans leur modèle de fonctionnement, hormis peu d'exemples parfois spectaculaires : on est renvoyés aux jeux antiques : "panem et circenses" dans les "quartiers".

Quelle définition pourrait-on donner du mot culture aujourd'hui alors qu'il est valdingué, trituré, utilisé partout et par tous? Je ne connais plus son sens.
"Il n'y a plus d'espoir, alors que fait-on?" pourrait-il commencer par là? par inventer par là? servir de base de conception d'une autre façon d'être?

Merci pour le lien qu'une connaissance virtuelle m'a donné sur l'anthropocène : http://www.universcience.tv/video-l-anthropocene-une-nouvelle-ere-geologique--3442.html où j'ai perçu la puissance de l'intériorité du glaciologue Lorius, son modernisme face à l'anthropologue et sociologue tellement plat dans son approche (sauf son respect!)

Voir les commentaires

Rédigé par Sophie Curmi

Repost 0