Publié le 29 Mars 2015

De la langue et de la belle

Chers lecteurs,

Vous en voulez de la langue, de la belle, de la vilaine, de la paresseuse, de la voyageuse, de la visuelle, de la coquine, de la picturale, de la photographique, de la sensuelle, de la dérivante, de l'alcoolisée, de la navigante, de la musicale...?

Alors, n'hésitez pas mesdames et messieurs, participez à la collecte que nous propose le paresseux, car il l'est vraiment comme le lien ci-joint vous l'expliquera.

Lectrice depuis son premier numéro en octobre 1993, je l'ai suivi paresseusement - d'où quelques numéros manquant à l'appel - mais l'équipe du début est toujours là et aucun n'a renié ses valeurs et propos.

Enfin, puisque nous sommes sur un blog de correcteur, nous pouvons le lire sans crayon à la main à la recherche de fautes, et ça, c'est un bonheur qu'on ne peut se refuser !

Voir les commentaires

Rédigé par Sophie Curmi

Repost 0

Publié le 7 Mars 2015

Americanah à San Francisco

Où lire Americanah, le dernier bouquin d'Adichie la nigérianne mieux que dans un avion vers San Francisco, qui m'emporte vers mon exilée de fille ? Où aurais-je pu mieux l'appréhender et le comprendre, moi qui suis si française et toujours si parisienne malgré les nombreuses années vécues hors du parisianisme ?

Commencé sa lecture dans l'avion et terminé dans la semaine. Cette blogueuse est évidemment inspirante dans la forme qu'elle choisit pour exprimer sa découverte de la race et pas à pas, je l'ai suivie dans ses questionnements, essayant de les juxtaposer à la France et regardant les américains autour de moi comme une poule qui a trouvé un couteau !

Livre applaudi par ses contemporains américains, semble-t-il et plutôt soutenu dans le rythme incisif bien qu'un peu faible sur la fin avec un côté happy end à l'américaine qui prétend ainsi revaloriser le nigérian dans sa capacité à décider de lui-même et casser ainsi l'image d'une culture figée.

La notion de race. Jusqu'à présent, une notion inexistante dans ma vie alors que je suis mariée à un arabe.

Mais la question est aussi : Qui est la race en France ?

Qui stigmatisons-nous ainsi ? Chacun a sa réponse surtout en ces temps d'angoisse régulièrement distillée par les divers médias et transposez le "afro-américain" de l'Amérique en "maghrébin" de France et tout est dit : les blocages, les regards (qu'Adichie décrit si bien), l'accès aux études, aux emplois, le fameux "plafond de verre", la reconnaissance par la cuisine...

Alors que je fermais ce magnifique livre, une alerte du "Monde" me prévient qu'au Nigeria, le chef de Boko Haram prête allégeance à l'état islamique.

Si on pouvait parfois être comme les see lions !...

Voir les commentaires

Rédigé par Sophie Curmi

Repost 0